Enquête exclusive: filtres instagram, photoshop, au cœur de la supercherie du selfie

Aujourd’hui je me sens un peu comme un Zola durant l’affaire Dreyfus, un Gilles Verdez survolté, un Julien Assange exilé. Bref, je suis prête à mettre en lumière un fléau: celui des filtres Instagram et plus généralement des selfies.

Laissez-moi faire état de la situation: vous rajoutez quelqu’un sur Facebook (sur Instagram, Twitter, Tinder choisissez votre média), vous avez alors un réflexe humain vous consultez les photos de profil. Si la personne convoitée est honnête et choisit des photos naturelles vous aurez cette réflexion également humaine certes mais symptomatique lorsque vous montrerez sa photo à vos ami(e)s vous direz le fameux « Non mais là il est pas top mais en vrai c’est mieux« . 

Et c’est là que l’arrivée des filtres, retouches et autres améliorations a tout changé: désormais vous montrez la personne convoitée et tout vos potes poussent des cris d’admiration. 


En gros vous pensez avoir rencard avec Gisèle Bundchen SAUF QUE c’est Susan Boyle qui arrive au lieu dit (soit-dit en passant je n’ai absolument rien contre Susan Boyle, ni contre Gisèle Bundchen d’ailleurs mais si cette dernière pouvait prendre 15 kilos soudainement ou arrêter de rentrer dans un 36 trois jours après son accouchement ça m’arrangerait). 



Clairement l’histoire ça donne ça: 

 

 

Il faut également dénoncer la perte de temps que cela représente. Parce que tout comme rome, le selfie ne se construit pas en une prise. Non, non le selfie nécessite un véritable travail de fond.

Bien souvent avant de vous coucher d’ailleurs (si toi aussi tu t’auto-agresse les yeux avec la luminosité du iPhone quand t’es dans le noir, n’hésites pas à lâcher un com’ comme on disait sur les skyblog). 

Pour les perfectionnistes, plusieurs essais avant de parvenir à la photo parfaite est nécessaire ce qui laisse croire à toute personne qui prendrait votre portable que dans une autre vie Narcisse c’était vous. 

Par conséquent, je milite plus un retour vers plus de simplicité. Cette époque du collège où les seules choses que vous faisiez à vos photos c’était de faire des montages avec des flammes ou des chatons (ca dépendait à quel groupe vous apparteniez bien évidemment) 

PS: je sais que bon nombre de mes amis m’auront reconnue dans cette description. Oui je m’auto-dénonce. (« Je ne suis pas folle vous savez. Bonsoir. ») Et jamais de la vie je ne mettrai une photo sans filtre. Les filtres c’est la vie. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s